Démarche artistique

 

Ma pratique artistique est interdisciplinaire. Elle utilise ce qui s’impose à elle pour assouvir une recherche, faire face à une question, rencontrer ce qui est, recevoir ce qui est présent. La catégoriser est difficile car sa manifestation emprunte à des disciplines différentes. Elle est à l’intersection de la performance, de l’action, de l’écriture, du dessin, du mouvement, des pratiques relationnelles, des manœuvres, de l’installation, de l’occupation sonore de l’espace. Abordant des notions d’identité et de perception, les projets artistiques questionnent la relativité des systèmes de références. À travers l’expérimentation des œuvres, j’ouvre des espaces de rencontre, de partage, réfléchi/reflété, et offre des expériences qui interrogent la subjectivité du regard de chacun sur une réalité.

 

Fortement influencée par une ‘intuition’ vécue dans les jeunes années, j’avais saisi que la perception de chaque personne dépendait de sa place dans le système, pour ainsi dire, toute perception, interprétation, découlait du système de référence de la personne. Est-ce que l’autre voit, sent, perçoit, vit les choses comme moi? Confortée au début par les systèmes de repérages physiques du cosmos en science, j’avais opté pour un parcours d’exploration scientifique de la vie avant de l’étendre à un terrain de pratique artistique. L’art a ce précieux avantage de pouvoir embrasser dans une même oeuvre les facettes sociale, culturelle, scientifique, philosophique, humaine du vivant.

 

Tout mon travail à ce jour tend à pointer l’éclat de l’ordinaire. Que ce soit par l’art relationnel (Danse à deux, Le mur des bonnes nouvelles), la pratique infiltrante (Gr”attitude” du jour, J’aime… et vous?), l’installation (Projets Links, Le plus intime est naturel, C’est quoi le fond de la question?), l’art action (Traverser, Une chaise de compagnie), le dessin (Beaucoup se donne à entendre, Parfois j’ai peur), la performance (Aïchek, Projet Links, Black Box série, Pulse), la poésie (De l’intérieur tout se voit, dessins parlés, Maintenant c’est bien), les listes (Ce que j’ai aimé avant 40 ans, Autobiographie de l’existence), ou la vidéo (Questions sur la vie, l’étendue de qui je suis, 49 secondes 2017), ce qui importe est l’écoute, l’attention, la présence. Et je trouve que dans une relation attentive de soi à l’espace intérieur, de soi à l’espace dit extérieur, ou de soi à l’autre, il y a déploiement d’un champ de présence, de conscience, facilitateur de transmission.