‘Je’ est une oeuvre d’art

Cette oeuvre est une invitation à entrer en contact avec sa propre force créatrice.

 

Une boîte noire est installée dans un espace public, près de la galerie, dans le voisinage de ‘Taht-el-Kale’  à Nicosie, Chypre, du côté grec de la ville. ‘Taht-el-Kale’ vient de l’arabe et signifie: sous les fortifications. Pendant 3 jours, les voisins se demandent ce qu’est ce cube noir.

 

Je suis à l’intérieur de l’espace à une température au dessus de 37°C. Il y a avec moi de la craie blanche, une perceuse et des bougies. Les visiteurs sont invités à venir à l’intérieur, ou pas, une personne à la fois. Chaque personne frappe à la petite porte. Elle ouvre. l’expérience est toujours différente.

 

L’indicatif à la première personne dans le titre fait référence à l’individualité de chacun. En français la phonétique du ‘Je’ se confond avec celle du ‘Jeu’. Le ‘Jeu’ spontané et authentique serait-il une oeuvre d’art? Car il s’agit aussi de ça à l’intérieur. Cette oeuvre invite à faire de l’espace et à donner de l’espace pour ce qui est là. A l’intérieur de la boîte noire. A l’intérieur de soi. Pour ce qui a besoin d’être pleinement exprimé, au sein d’un espace protégé. Qu’est-ce qui peut être exprimé au coeur d’un espace intime? Quand c’est préservé de la vue des autres et juste en présence d’un seul témoin? Qu’est-ce qui peut être imaginé par ceux qui ne voient pas ce qui se passe? Comment est-ce expérimenté dans l’intimité de chacun? En physique quantique, il est dit que tant que le contenu d’une boîte noire n’est pas observé, tout est encore possible. Ce principe est aussi connu sous le nom du paradoxe de Shrodinger.

 

Cette oeuvre offre un espace de rencontres, rencontre avec nos propres perceptions, rencontre avec l’expression intime de nos réalités subjectives.

 

Présenté à Tactile Bodies, événement d’art performance organisé par Sensorium Space à Chypre, Juin 2017.